Bandeau Couze Solidarité avec nous

Couze Solidarités, l'association que j'ai fondée il y a quelques années, est engagée dans la solidarité internationale.

C'est ainsi que chaque année, elle participe au Festival des Solidarités aux côtés de Marie-Hermine Ngo Bayiha, président fondateur de l'ASCA (Association Solidarité Cameroun Aquitaine).

Les deux campagnes nationales 'Festival des Solidarités' et 'Alimenterre' que l'ASCA relaie chaque année en Dordogne-Périgord sont des temps forts de mobilisation pour encourager le grand public à devenir acteur et changer le cours des choses,

C'est ainsi qu'elle a organisé des animations à Coulounieix-Chamiers (Dordogne-Périgord) le vendredi 12 novembre 2021 à partir de 9 h au centre Gérard Philipe.

Ses partenaires ont ainsi pu présenter leurs actions solidaires comme des produits issus de leur production dont celle de fruits et légumes camerounais que fait pousser Marie-Hermine sur une terre mise à sa disposition en centre ville par la commune.

Puis, à 18 h, les participants dont Thierry Cipierre, maire de Coulouniex-Chamiers et conseiller départemental de Dordogne, ont pu partager idées et propositions sur nos systèmes alimentaires et leurs impacts à l’échelle mondiale autour du film "Nourrir le changement" au cours d'un débat qe j'étais chargée d'animer.

Mon amie Catherine Laurent, intervenante qui a consacré sa carrière à l'aide au développement au sein de l'administration française puis de la Banque mondiale, a présenté les défis auxquels l'Afrique plus que d'autres continents est confrontée :

  • croissance démographique incontrôlée,
  • services publics défaillants notamment du fait d'une corruption destructrice et démobilisante,
  • économie encore fondée sur l'exportation de matières premières minières ou agricoles vers les pays riches, sans retombée significative pour la population locale.

La production agricole qui a permis de suivre à peu près l'accroissement de la population depuis un siècle, atteint aujourd'hui des limites posées par l'évolution du climat, notamment la raréfaction des ressources en eau, des terres arables disponibles, mais aussi des infrastructures permettant de vendre la production soit à la ville voisine soit à l'étranger. Les grandes institutions de financement, la Banque mondiale et le Fonds européen de développement, ont toujours donné la priorité au secteur primaire, premier employeur (40%) des pauvres de la planète. L'avenir s'annonce donc particulièrement difficile pour les populations rurales sauf à permettre le développement de marchés et encourager l'éducation des enfants pour leur permettre de sortir de la spirale illettrisme / sous-emploi / pauvreté.

But atteint : ce constat pessimiste, loin de démobiliser les participants à ce débat, les a au contraire stimulés pour continuer leurs actions en faveur de la solidarité internationale.

Rendez-vous donc en novembre 2022 pour le prochain festival des solidarités.

Festival des solidarités