12 candidatsIls sont 12 à briguer le poste de commandant suprême et, pour moi, il n'y a pas de petits et grands candidats ; il n'y a que des femmes et des hommes engagés pour la chose publique et tous méritent nos félicitations pour cet engagement qui n'est pas ... une sinécure !

Je n'attache pas une importance extrême aux sondages mais ils permettent néanmoins d'avoir une image globale sur les potentiels finalistes. C'est ainsi que malgré l'intérêt que je leur porte, je sais que Fabien Roussel et Jean Lassalle savent eux-mêmes qu'ils ne seront pas au second tour malgré la sagesse de leurs propos et l'intérêt réel de leur combat.

Quant à Nathalie Arthaud, Nicolas Dupont-Aignan, Anne Hidalgo, Philippe Poutou ..., ils sont totalement hors circuits et le vert Yannick Jadot qui veut s'accaparer le problème universel de l'écologie reste en-dessous de 10 %.

Sondage Ifop 220310

Les sondages

Auquel se fier ? Il nous en est présenté chaque soir ...

C'est ainsi qu'est confirmé au quotidien un potentiel duel au second tour entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen :

- Emmanuel Macron à 31 % (-0,5 %)
- Marine Le Pen à 18 % (- 0,5 %)
- Valérie Pécresse à 12,5 % (+ 0,5 %)
- Eric Zemmour à 12 % (=)
- Jean-Luc Mélenchon à 10,5 % (- 0,5 %)

Qu'en penser ?

Quelle conclusion en tirer ?

Quelle position tenir ?

Dans quel but ?

Le 1er tour de l'élection présidentielle est essentiel

Il est tout aussi important que le second, voire plus.

Non, il ne s'agit pas de faire simplement passer un message en votant pour les Nathalie Arthaud, Nicolas Dupont-Aignant, Philippe Poutou, Anne Hidalgo ou Yannick Jadot. Voter pour eux comme pour le démocrate Jean Lassalle ou pour le communiste de bon sens Fabien Roussel n'apportera rien.

C'est simplement prendre le risque de voir au second tour Marine Le Pen si on en croit les sondages ..., une Marine Le Pen qui pour autant qu'elle soit devenue sympathique et professionnelle de la politique n'en demeure pas moins comme ne disposant pas des meilleures compétences pour assurer la fonction de président de la République.

Amener Marine Le Pen au second tour de l'élection présidentielle, c'est tout simplement garantir la re-élection sans surprise du président actuel, sans débat et sans contradiction ce qui m'apparaît contraire au sens de la démocratie cher aux Français.

Réservez votre vote aux représentants de votre sensibilité pour les élections législatives. Ce faisant, vous élirez des députés qui contrôleront le gouvernement et soumettront au vote des projets de lois relayant votre vision de la société.

JLM - EZ - MLP

Jean-Luc Mélenchon (photo : La Dépêche), Eric Zemmour (photo : Le Monde) et Marine Le Pen (photo : Le Point) ne recueilleront pas mes suffrages ; leurs idées - particulièrement celles du raciste reconnu Eric Zemmour - sont incompatibles avec ma vision de la société.

Créer un parti qualifié d'insoumis est déjà une atteinte à la démocratie car rejettant les lois votées par les représentants du Peuple. Hurler "La République c'est moi" et injurier des représentants de la Justice et des forces de sécurité est tout aussi incompatible avec nos institutions. Comment alors les représenter quand on les méprise autant ? Je ne voterai donc pas pour Jean-Luc Mélenchon.

Marine Le Pen a mis de l'eau dans son vin. L'expérience malheureuse de sa prestation lors de la précédente présidentielle a montré ses limites même si elle a eu l'intelligence d'en tirer les conséquences et de faire évoluer son parcours. Pour autant, elle reste la fille de Jean-Marie Le Pen et la représentante d'un parti qui certes constate les défauts de nos institutions mais n'y apporte pas pour autant de solutions réellement sérieuses.

Quant à Eric Zemmour et à sa théorie du "grand remplacement", il m'est devenu tout autant antiphatique que Donald Trump ou Vladimir Poutine à qui son comportement de ce soir face à Valérie Pécresse m'a beaucoup fait penser. Il ment effrontément autant qu'eux pour tenter de faire passer coûte que coûte ses infames propos. La manière dont il a traité récemment en direct une jeune Française d'origine sénagalaise m'a même répugné tant elle était odieuse et irrespectueuse.

Raciste, il est et il a été condamné à 3 reprises à cause de cela. Son élection aurait pour conséquence l'éclatement de notre société dans une violence extrême, ce qui est un but avoué puisqu'il a annoncé ce soir sur LCI que son élection serait volontairement suivie d'une révolution.

Conséquemment, non seulement je déclare ne pas voter pour Eric Zemmour mais encore j'exorte mes concitoyens à ne pas lui apporter leurs suffrages, quand bien même leur colère serait extrême face aux difficultés que nous tous rencontrons aujourd'hui.

Le 2è tour doit être un véritable choix non imposé

Emmanuel Macron Valérie Pécresse

Certes, la situation de pré-guerre mondiale que nous subissons nécessite l'engagement à 100 % de notre président de la République, chargé pour quelques mois d'assurer au nom de la France la présidence du Conseil de l'Union Européenne.

Mais à situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles : il est de son devoir de se surpasser pour assurer "en même temps" - c'est le moment où jamais de vérifier que cette formule a un sens - le débat démocratique qui doit précéder l'élection présidentielle.

Or, le sentiment de supériorité qu'il dégage à mes yeux et les sondages affichés chaque jour lui laissent à penser que l'élection est déjà jouée. Si on peut comprendre qu'il ne souhaite pas dans les circonstances actuelles affronter 11 candidats ligués contre lui, il aurait été de bon ton qu'il accepte une confrontation avec les 4 de ses compétiteurs dépassant les 10 % dans les sondages quotidiens ....

Emmanuel Macron m'a beaucoup agacée aussi à ne pas vouloir entrer en campagne rapidement et, là encore, j'ai eu et ai encore le sentiment qu'il profite de sa fonction pour faire valoir sa candidature à sa re-élection. Et j'approuve totalement les propos de Jean Lassalle quand il dit que, dans cette campagne, Emmanuel Macron a peur et que "le pire ennemi de Macron lui-même est Macron",

Mais s'il n'est pas rentré tôt en campagne, cela lui a également permis de préparer son programme. C'est si simple de réfléchir à partir de projets déjà présentés par d'autres dont on peut quantifier l'intérêt auprès des citoyens :

Son arrogance de début de mandat tant envers les élus de terrain que des citoyens eux-mêmes est toujours sous-jacente ; pour preuve, son déplacement si bien organisé à la rencontre des Français ... de et à Poissy !!! 

Au-delà de ce qui n'est que sentiment, je ne peux que reconnaître l'intelligence extrême de ce jeune homme, intelligence couplée à un machiavélisme hors pair. C'est ainsi que son mouvement "En Marche" est devenu la corbeille où se retrouvent l'essentiel de ce qui fut le Parti Socialiste, des centristes et un nombre certain d'anciens UMP fascinés par l'aura d'Emmanuel Macron, ce qui est tout à fait concevable.

J'ai moi-même voté en faveur de la proposition de Laurent Hénart, président du Parti Radical - qui relayait la volonté de la grande majorité de ses membres de rejoindre "Ensemble Citoyens" pour qu'un vote quasi-unanime lui permette de peser sur les décisions de la majorité présidentielle.

Voter pour renforcer l'influence de mon parti ne représente pas cependant pour moi soutien individuel à un homme, fut-il président de la République.

Je m'amuse aujourd'hui de voir tous ceux qui le rejoignent désormais à la lecture des sondages ... et ne voudrais pas avoir à choisir entre lui - choix forcé - et Marine Le Pen !

Le Touquet ou Combressol ?

Le président de la République est picard et amoureux des Pyrénnées où il retrouvait sa grand'mère pour ses vacances, si j'ai bien compris. Son épouse l'a amené à vivre pour beaucoup au Touquet, ville de bord de mer chère aux Parisiens qui peuvent s'y rendre aisément en fin de semaine. Cela reste tout de même un territoire rural ... particulier et non représentatif de la "vraie" vie des Français !

Valérie Pécresse en Corrèze

Valérie Pécresse est quant à elle "corrézienne d'adoption depuis 27 ans" comme l'indique un reportage de FR3 - France Info d'où est tirée cette photographie de la candidate.

En même temps, elle est président de la région Ile de France, "un pays à l'intérieur du pays avec un PIB équivalent à celui des Pays-Bas et supérieur à celui de l'Autriche, de la Belgique et de la Suède" (Michaël Le Priol, économiste au Centre Régional d'Observation du Commerce, de l'Industrie et des services de la CCI Paris-IDF dans un article paru dans 'La Tribune').

L'Ile de France est la plus petite région de France après la Corse où Valérie Pécresse compte quelques ancêtres du côté maternel, ce qu'on ne manque pas de comprendre en analysant son regard !

Mais c'est aussi la plus peuplée et celle qui produit le plus de richesses en France. Cela lui vaut d'être la 2è région européenne après la Rhénanie du Nord - Westphalie.

Valérie Pécresse qui gère "un pays à l'intérieur du pays" est apte à gérer "la France à l'intérieur de l'Europe" ; elle est d'autant plus apte à le gérer qu'elle en connaît aussi bien les besoins des milieux urbains (Paris, Versailles ...) que ceux des territoires ruraux tels la Corrèze.

Alors oui, pour ne pas avoir à faire à nouveau un choix imposé le 24 avril, je voterai le 10 avril pour Valérie Pécresse.

Sa sensibilité féminine associée à son savoir-faire est la garantie d'une approche humaine dans la gestion des affaires de l'Etat, approche humaine indispensable pour répondre aux préoccupations des Français quant à leur pouvoir d'achat et qui sera essentielle au cas où la guerre en Ukraine verrait des développements nous atteignant au plus près.

Mon engagement auprès de Valérie Pécresse ne m'empêchera pas par ailleurs de soutenir la nouvelle génération de citoyens engagés, notamment mon p'tit cousin d'Albignac Nicolas Brousse qui milite au sein de la majorité présidentielle !