Logo collectif CCBDP

La rumeur a couru qu'une manifestation allait perturber le petit marché de Couze et Saint-Front qui accueillait ce jour le camion pédagogique du SMD3.

Il est avéré qu'aucun appel pour ce faire ne peut être prouvé car il n'y en a pas eu. Les messages personnels sur les réseaux sociaux, même s'ils doivent parfois être pris au sérieux, ne sont pas pour autant vérité civique ou administrative.

Il n'y avait donc pas de manifestants sur le marché de Couze ce matin. Quelques citoyens ont proposé une alternative au mode de gestion de la collecte des déchets imposé par le SMD 3. Et c'est avec respect, courtoisie et convivialité que les échanges ont eu lieu avec ses animateurs salariés, les élus et les forces de sécurité venues en force.

L'engagement de la Gendarmerie Nationale ce matin prouve cependant la crainte des autorités face à un mouvement de colère parfaitement justifié par le mépris opposé tant aux élus de terrain qu'aux populations par les responsables du SMD3.

De la discussion jaillit la lumière ; c'est cette réelle discussion avec ces derniers que réclament les représentants du collectif des usagers mécontents de la collecte des déchets en Dordogne-Périgord.

La Loi fixe un objectif louable : la réduction de nos déchets.
La loi exige une tarification incitative : taxe ou redevance.
La Loi n'impose ni une collecte totalement collective,
ni son financement par une redevance de type privé.

Ce que dit la loi

Le collectif des usagers mécontents de la collecte des déchets en Dordogne affirme sa volonté de voir mis en place au plus vite un système de collecte mixte financé par une Taxe d'Enlèvement des Ordures Ménagères Incitatives (TEOMI) :

  • Collecte en porte à porte (PAP) - partout où cela existait jusqu'à fin 2019 et où cela est possible - à partir des bacs pucés marrons (déchets résiduels) et jaunes (déchets recyclables) déjà en place chez de nombreux Périgordins ;
  • Points d'apport volontaires (PAV) en complément, partout où le PAP est impossible (certains cœurs de villes et les espaces ruraux dispersés) ;
  • Fourniture de sacs pré-payés collectables en porte à porte ou en PAV (utiles par exemple pour les gîtes et autres locations temporaires ou pour les manifestations collectives en salle des fêtes).

La part incitative de la TEOM sera fonction du nombre de levées des bacs marrons, du nombre d'ouvertures par badge des PAV et incluera la fourniture des sacs.

Le collectif encourage également le SMD3 à envisager la mise en place progressive d'un mode de destruction autre que l'enfouissement qui génère la plus forte des Taxes Générales sur les Activités Polluantes (TGAP).

Historique

 Taxation 

Pas de recette miracle … il faut trier mais aussi ...
re-utiliser, re-employer, re-cycler …
réduire au maximum nos déchets résiduels.
Tout cela n'interdit pas un ramassage en porte à porte …

Les 4 collectivités citées ci-après ont opté pour une collecte mixte avec un financement par la Taxe plutôt que la redevance pour maintenir l'aspect social de la TEOM.

Deux d'entre elles ont abandonné la Redevance Incitative pour revenir à la TEOMI : l'une en cours de préparation comme actuellement en Dordogne suite au refus manifeste des citoyens, l'autre après expérience, les impayés s'avérant trop nombreux.

C'est le principe de solidarité de l'impôt qui a guidé leur choix afin de limiter l'impact du changement de répartition de l'assiette sur certains foyers.

Grand Est Bourgogne-Franche Comté

Rhône Alpes Nouvelle Aquitaine 

*PAP : porte à porte
*PAV : point d'apport volontaire
*RS : redevance spéciale (concerne les déchets non ménagers produits par exemple par les commerçants et artisans)
Ces informations sont issues de différents documents de l'ADEME (agence de la transition écologique, anciennement agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie).