Le Papotier vous invite à consulter le site de la commune de Couze et Saint-Front.

Couze-et-Saint-Front

Marché du vendredi matin : À l'occassion des fêtes de fin d'année, le marché aura lieu : jeudi matin 24 décembre 2020 et jeudi matin 31 décembre 2020. Nous vous informons que la semaine du lundi 21 décembre au jeudi 24 décembre 2020, la Mairie sera exceptionnellement fermée, lundi après-midi et mercredi après-midi.

http://www.couze-et-saint-front.fr

Vous y constaterez que le conseil municipal du 3 décembre vous y est encore annoncé avec mention "aucun public ne peut assister aux débats à l'exception des journalistes assermentés" selon le texte ci-après qui en est extrait :


Prochain Conseil Municipal le 3 décembre 2020 :  En application des directives gouvernementales pour lutter contre la propagation de la COVID 19, aucun public ne peut assister aux débats à l'exception des journalistes assermentés. (Décret n°2020-1310 du 29 octobre 2020). Ordre du jour cliquer ici


Le Conseil Municipal du 3 décembre 2020 a donc été irrégulier puisque non accessible au public avant même que cette décision n'ait été votée lors d'une séance publique.

Un refus d'y participer y a même été opposé par courriel à un citoyen au prétexte que la décision de tenir la séance à huis clos avait été décidée par une réunion préalable - elle-même à huis clos - de tous les élus.

Tout comme il a été refusé par écrit de diffuser la séance en direct sur les réseaux sociaux par manque de moyen ... alors que chacun sait que n'importe qui - y compris les conseillers municipaux voire un membre de leur entourage - peut filmer une réunion avec son téléphone portable.

1338666512-rainbow_dashava6

On comprend mieux cette insistance quand on sait que sur ordre de M. Alain Noualhat le Conseil Municipal a inscrit à l'ordre du jour la délibération n° 13 (cf. compte rendu publié sur le site de la commune) : "Cette délibération vient retirer et remplacer la délibération n°4 du 30 janvier 2020 à la suite de la demande faite par le bénéficiaire, le 2 novembre 2020."

Comme le reconnaît le maire qui était maire-adjoint lors de la précédente mandature et avait avec ses collègues signé une attestation pré-remplie par M. Jean-Louis Lafage de manière quelque peu irrégulière, "cette délibération du 30 janvier 2020 a été votée par le précédent conseil municipal.".

Pour palier ces irrégularités, "Monsieur le Maire, Jean Christophe SAINT MARTIN, en redonne le contenu et souhaite y adjoindre des informations qui ont fait défaut lors du vote de cette délibération."

Oui, cette délibération du 30 janvier 2020 était bien irrégulière ... donc elle est retravaillée un peu. Il y est écrit et re-écrit que les conseillers municipaux d'aujourd'hui ont bien été informés ...

Or, tel n'est pas le cas. Véronique Dubeau-Valade a proposé au nouveau maire, dès le conseil municipal installé, de fournir à tous les élus toutes explications concernant ce dossier qu'elle connaît bien. Jean-Christophe Saint-Martin lui a donné son approbation sous réserve que ce soit en présence de M. Alain Noualhat, ce qu'elle a accepté.

Mais ... mais ... mais ... les seules explications qui ont été données aux élus sont celles émanant de M. Alain Noualhat lui-même, sans doute accompagnées de ses instructions puisque c'est à sa demande du 2 novembre que cette délibération a été instruite.

En tout état de cause, les conditions de la cession sont les mêmes : M. Alain Noualhat a certes demandé que soit retirée la délibération du 30 janvier 2020 mais pour que la même délibération soit revotée à savoir la cession de 2 parcelles à son profit pour le même montant à savoir 375 €.

Les Couzot(te)s doivent savoir qu'une proposition d'acquisition a été faite tant à la commune qu'à son notaire par un autre citoyen à hauteur de 1.000 € pour les 2 parcelles. Cette offre a été renouvellée à plusieurs reprises tant à la commune qu'au notaire et a même été reconnue par M. Jean-Louis Lafage en séance publique du Conseil Municipal comme cela a été édité dans le Papotier sans que la commune ne conteste cette déclaration.

Il y a donc là délit manifeste de favoritisme ... au-delà d'autres faits délictueux déjà signalés.

Les procédures ad hoc suivent donc un cours initié avant les élections municipales et il ne pourra pas être dit qu'elles sont à caractère électoraliste, la prochaine élection municipale étant prévue en 2026. Seul l'intérêt public, l'intérêt collectif - celui des Couzottes et des Couzots - importe ici.