Ce blogue est un formidable outil de communication interactive et chacun sait qu'il est géré et alimenté par Véronique Dubeau-Valade. Je m'y exprimerais donc désormais en tant que telle.

C'est pourquoi il me permet de remercier personnellement, chaleureusement et du fond du coeur, tous celles et ceux qui, comptant sur mon équipe et moi-même, ont fait le choix de faire mieux vivre Couze en votant pour mes co-listiers et moi-même.

Nous leur sommes tous reconnaissants de leur engagement pour leur commune, pour leur volonté de la voir évoluer de manière dynamique. Nous resterons à leurs côtés et à leur écoute. Ils nous encouragent à continuer à travailler au service de notre village à travers nos différentes activités associatives au sein desquelles ils seront les bienvenus. Nous sommes ouverts.

Mes co-listiers comme nos amis tiennent aussi à adresser leurs félicitations aux vainqueurs de cette élection et à leur souhaiter bon courage et réussite.

Je me fais leur porte-parole tout en ayant moi-même un positionnement différent, ce qui montre bien combien nous formons une équipe libre et sans complexe.

Les résultats sont probants : sur 405 votants, une moyenne de 159 voix s'est portée sur la liste de l'équipe sortante soit un écart moyen d'une quarantaine de voix.

Résultat

Je l'avais annoncé en temps utile : ma candidature se voulait pour ce mandat et pas un autre. Elle répondait à la demande de concitoyens déçus d'avoir apporté leurs votes en 2014 à M. Jean-Louis Lafage et ses amis.

Je ne serai donc plus jamais candidat à la mairie de Couze et Saint-Front et cela me donne toute liberté pour m'exprimer ici dans les jours qui viennent.

Ce résultat prouve en tous cas qu'une majorité de Couzots n'a aucune ambition pour son village, vit en circuit fermé tournant autour d'un Comité des Fêtes centré sur lui-même et n'acceptant aucun apport extérieur.

Notre village est sclérosé. Il est à l'image de notre si beau pays où plus aucune ambition collective ne tire notre société "vers le haut".

Malgré cela et peut-être à cause de cela, mes co-listiers apportent leurs encouragements à l'équipe de Jean-Christophe Saint-Martin et je les félicite pour cette générosité.

Je ne m'y associe cependant pas ayant en mémoire toutes les méchancetés, tous les propos malveillants et infondés, tous les sectarismes qui ont été dirigés contre moi bien avant 2012 et que je n'ai pas combattus par respect pour mes collègues du Conseil Municipal qui ne le souhaitaient pas.

Tirons tous collectivement une leçon :
il ne faut jamais laisser s'installer une rumeur.

Pour ma part, je redis combien ont été minables les comportements de la Municipalité en place jusqu'à vendredi, combien est minable le comportement de ceux qui, au prétexte de "prendre le pouvoir" en raison d'ego machistes disproportionnés, ont pendant des années déblatéré sur ma personne et m'ont décrite telle que je ne suis pas. Ils ont fait le choix de faire perdre Couze. Ils ont gagné. Je ne les félicite pas non plus.

Ils ont permis l'élection d'une équipe où se cotoient des gens improbables qui n'ont pas plus d'expérience que n'en a Jean-Christophe Saint-Martin et qui va faire pire encore que celle qui a présidé aux destinées de la commune de 2008 à 2014.

Qu'on me croie ou qu'on ne me croie pas, peu m'importe.

Contrairement à ce que MM. Saint-Martin et Roland ont affirmé dans les colonnes de Sud-Ouest, je n'ai aucune soif de pouvoir personnel et aucune passion dévorante et sans limite pour je ne sais quoi.

Je fais de la politique au sens noble du terme - ce qu'eux-mêmes et leurs amis ne savent pas faire - : je mets ma capacité à penser au service de la collectivité, au service de l'intérêt public, au service des autres par simple générosité naturelle et parce que j'ai appris à l'école de la République le fonctionnement de notre Nation et de ses institutions.

Qu'on me croie ou qu'on ne me croie pas, peu m'importe.

Si je suis malheureuse pour Couze ce soir, je suis heureuse pour moi-même qui vais enfin pouvoir me consacrer à d'autres objectifs que de me battre pour un intérêt collectif que certains ignorent.

Et je suis à nouveau libre d'ignorer tout sectarisme, encore plus libre d'ignorer toutes sortes d'attaques qui - hélas pour ceux qui en sont à l'origine - n'atteignent jamais mon cuir de femme heureuse de vivre !

C'est donc avec bonheur que je serai demain matin avec mes amis à l'usine des Anglais, un jardin qu'il conviendra de considérer comme privé à compter d'aujourd'hui. Nous y prenons beaucoup de plaisir, le plaisir partagé d'un jardin partagé entre amis !

Ami(e)s couzot(te)s, vous y êtes bienvenus.
C'est un lieu de respect,
de liberté, d'égalité et de fraternité
destiné seulement à ceux qui partagent véritablement
ces valeurs qui font notre République.

Ouf ! Il y a une vie après ... Vivons la au service des autres, au service de notre bonheur.

Véronique Dubeau-Valade, Couzotte par passion -