... du manque d'information en provenance de la commune, du manque de transparence, du manque de démocratie, du manque de ceci, du manque de cela  ...

croissance

Jusqu'à début 2014 en effet :

  • la mairie était ouverte tous les jours du lundi au vendredi, matin et après-midi inclus ;
  • 5 Couzot(te)s tirés au sort étaient invités aux séances du Conseil Municipal ;
  • un blogue d'information interactif en direct avait été créé, obtenant le 1er prix de l'Innovation lors du salon des maires d'Aquitaine en 2012. 
  • des réunions trimestrielles permettaient à la population de suivre l'évolution de leur commune ;
  • un comité de pilotage comprenant élus et membres de la population volontaires se réunissait chaque mois pour faire des propositions d'action à la Municipalité.
  • le maire, ses 4 adjoints et le secrétaire général se réunissaient chaque mardi matin pour faire collectivement le point sur les dossiers en cours et à venir et prendre ensemble toutes mesures utiles ...
  • le personnel technique se sentait libre dans un encadrement où la responsabilisation et l'initiative étaient maîtres mots ;
  • le personnel administratif suivait la progression qu'il méritait et réservait le meilleur accueil à la population ;
  • une maison des services (la MaSeCo - maison des services de Couze) accueillait Agence Postale Communale, Bibliothèque, point d'information services, permanence d'un Conciliateur de Justice, 2 volontaires du service civique ;
  • tous les ans au mois de septembre se tenait l'exposition d'art contemporain à rayonnement départemental "Papier d'art, papier de Couze" permettant de valoriser l'industrie papetière couzotte et son musée du Moulin de la Rouzique ...

croissance et décroissante

Quelques mois plus tard, la Mairie n'était plus ouverte que quelques heures par semaine ...

Quelques mois plus tard, la MaSeCo, le Comité de Pilotage, les réunions publiques disparaissaient ...

Quelques mois plus tard, le Tribunal Administratif condamnait la Commune pour une forme de rétrogradation de personnel ...

Quelques mois plus tard, le public ne pouvait plus intervenir en clôture de Conseil Municipal. 

Quelques mois plus tard, un site internet totalement bloqué voyait le jour. Géré aujourd'hui par Jean-Christophe Saint-Martin, il reste bloqué et continuent à n'y apparaître que les informations neutres ou considérées "amies" ... y compris dans les domaines associatif et économique.

Quelques mois plus tard, une oeuvre d'art était détruite sur le vieux manoir, un arboretum était détruit pour un cirque, la promenade des jardins de la Couze était défigurée ...

Quelques années plus tard, le Tribunal Administratif condamnait la Commune pour avoir voulu céder gratuitement une partie de son patrimoine à un particulier ...


Est arrivée la Covid-19 ... 

1305211-le-p-tit-libe-rdv-coronavirus-menu-attraper-deux-fois

Pour des mesures sanitaires évidentes, la mairie a naturellement été fermée au public.

Mais hélas ... les volets sont restés clos après l'annonce de la 1ère phase de "dé-confinement" du 11 mai d'où quelques frictions que le Papotier a relatées et qui ont  heurté malheureusement un membre du personnel communal, ce qui n'était pas l'objectif. Que cette personne veuille bien prendre acte de ce regret.

Pendant toute cette période de confinement, de pré-déconfinement et ... de dé-confinement, l'information et la communication ont été à l'image des 6 années passées. On s'est contenté de fabriquer et distribuer des masques, bien sûr fort utiles mais ...

Certes il n'y a pas lieu à polémiquer ... mais il y a obligation d'informer.


Seuls les parents d'élèves apprenaient de ci, de là ce qui pouvait se faire ou non pour leurs enfants. Et là, on peut faire référence au commentaire d'un parent d'élève publié sur le site de "Couze Autrement" ... sans pour autant que le groupe de candidats y apporte de proposition en face.

On le sait : aujourd'hui, les écoles sont à nouveau ouvertes. C'est l'occasion d'honorer et féliciter les enseignants et leur travail remarquable pendant cette période difficile comme pour celles à venir. 

Ce n'est donc pas l'Education Nationale qui est en cause à Couze mais bel et bien la Commune dans sa gestion du temps scolaire, du restaurant scolaire et de la garderie. C'est simple : il n'y a plus ni l'un, ni l'autre.

Etre élu, c'est aussi accepter d'être jugé

juge

Notre 2è adjoint a beau pleurer qu'il n'est pas gentil de ne pas applaudir son action en faveur des masques pendant le confinement, il n'en demeure pas moins qu'il est normal que les Couzot(te)s se posent des questions quant à sa capacité à faire face à une gestion de crise et quant à sa capacité à encourager le personnel communal.

Qu'a-t-il fait et que ferait-il en cas de seconde vague de pandémie ?

  • responsable du site internet de la commune, a-t-il bien communiqué et communiquerait-il mieux ?
  • a-t-il vraiment assuré la continuité du service public par une information constante et adaptée  et saurait-il s'affirmer en tant que maire ?
  • remettrait-il en place les mesures de confort prises par la fermeture du restaurant scolaire et de la garderie ou bien oserait-il prendre les mesures adaptées avec l'appui d'un personnel communal valorisé et apte à faire des efforts particuliers ? 
  • Cette décision de fermeture n'a-t-elle pas aggravé les différences sociales entre les enfants ? L'hygiène alimentaire a-t-elle pu être respectée sans contrôle et sans respect de la nécessaire chaîne du froid en cette période ? Parents et enfants n'ont-ils pas pâti de ces mesures qui leur ont été imposées ?
  • Proposerait-il au personnel d'assurer ses fonctions de restauration et de garderie plutôt que de leur faire faire du ménage ?
  • Jean-Christophe Saint-Martin, Stéphanie Faure, Jacques Rayne et Robert Vitrac ont voté de manière inéquitable l'octroi d'une prime exceptionnelle dite "prime Covid" à un seul membre du personnel. Dans ces conditions, les autres membres du personnel seraient-ils prêts à travailler et à s'exposer si survient une 2è vague de pandémie ?

PinocchioQu'en pensent les autres candidats ?

Les rumeurs vont bon train ...

Que ce soit du côté de la liste sortante comme de celle dite "Couze Autrement", un porte à porte insistant permet de faire mille promesses aux contribuables couzots dont des primes, des primes, des primes ... pour le personnel.

Qu'en sera-t-il du budget ...qui est déjà voté depuis février.

Rappelons-le - "les promesses n'engagent que ceux qui les écoutent !... et certains commencent déjà à en douter ...

Ne dit-on pas que ... "les paroles s'envolent, ... les écrits restent.". 


 

coeurs

L'humain au coeur de la décision

Véronique Dubeau-Valade écrit haut et fort ce qu'elle aurait fait et ce qu'elle ferait en cas de seconde vague avec un critère prioritaire : "l'humain au centre de la décision" et un soutien concret à la population - n'est-ce pas ce à quoi servent nos impôts ? - :

  • mise en place de mesures immédiates permettant au personnel d'assumer ses fonctions en toute sécurité pour assurer la continuité du service public dans le cadre de ses mission et temps de travail habituels
  • grâce aux efforts de l'ensemble du personnel, maintien des activités communales et surtout, soutien aux familles, par une organisation appropriée du restaurant scolaire et de la garderie garantissant l'équité pour tous
  • la prime COVID-19 aurait été et serait appliquée à l'ensemble du personnel au prorata de son temps effetif de travail.

Dimanche sera l'heure du choix de vie pour 6 ans ... Liberté, égalité, fraternité, fermeté ou ... p'tits arrangements entre amis ?