Pas une seule fois en 6 ans de mandature, le compte-rendu d'un conseil municipal n'est apparu en "actualités".

Il est même arrivé que certains comptes-rendus encombrants ne soient pas diffusés : c'est ainsi qu'il a fallu que Véronique Dubeau-Valade réclame au mois de mai celui du 30 janvier 2020 pour qu'il soit diffusé sur le site officiel de la commune. Or il est bien daté du 30 janvier 2020, preuve que le gestionnaire du site - M. Jean-Christophe Saint-Martin -  en antidate la parution.

De : Véronique Dubeau-Valade <basdorper@gmail.com>
Date: lun. 4 mai 2020 à 18:09
Subject: Conseil Municipal du 30 janvier 2020
To: Commune Couze et Saint-Front de <couzeetsaintfront@orange.fr>
Cc: Vincent Poudampa <poudampa.avocat@gmail.com>

Bonjour.

Le compte-rendu du dernier conseil municipal du 27 février 2020 est bien affiché sur le site de la commune (http://www.couze-et-saint-front.fr/comptes-rendu-cm). Il relate l'approbation de celui du 30 janvier 2020 par le conseil municipal.
Or, ledit compte-rendu du conseil municipal du 30 janvier 2020 n'apparaît pas lui-même sur le site municipal, entre ceux de décembre 2019 et février 2020.
Je vous saurai gré de m'en faire parvenir la version numérisée ou, au moins, l'extrait traitant de la délibération n° 4 traitant de la "vente de parcelles du domaine privé de la commune, cadastrée section B 348 et 1392 a".
Avec mes remerciements anticipés, je vous prie d'agréer, Messieurs, mes meilleures salutations couzottes.
Véronique Dubeau-Valade
Pas une seule fois en 6 ans de mandature, le compte-rendu d'un conseil municipal n'a intégré le moindre argumentaire précédant un vote ou la moindre observation de tel ou tel conseiller municipal.

coronavirus_prime_except

Et voilà qu'apparaît aujourd'hui en actualités le compte-rendu du dernier conseil municipal, argumenté à la fois pour justifier le versement d'une prime de 1.000 € à la seule secrétaire du maire et sauver le soldat Saint-Martin qui l'a votée en même temps que ses co-listiers Stéphanie Faure, Jacques Rayne et Robert Vitrac.
Pour mémoire, il a été rendu possible le versement d'une prime exceptionnelle de 1.000 € maximum aux collaborateurs municipaux qui ont accepté de travailler pendant le confinement malgré les risques qu'ils étaient susceptibles d'encourir avec la Covid-19.
Sauf erreur ou omission de la part du Papotier, Mme Marie Labonne - lors des explications données en Conseil Municipal - semblait dire que tout le monde avait peu ou prou travaillé pendant la crise sanitaire où il était recommandé à tout un chacun de rester chez soi.
Tous les employés communaux sont alors susceptibles de bénéficier de la prime dite "Covid-19", ce qu'ont soulevé MM. Rayne et Saint-Martin.
On peut donc légitimement se poser la question de savoir pourquoi 1 seul agent en a bénéficié, quand bien même il aurait travaillé plus que les autres et pourquoi tous les membres du Conseil Municipal présents ou représentés ont voté cette décision à l'unanimité.
Véronique Dubeau-Valade tient à re-affirmer son soutien et sa confiance à l'ensemble du personnel communal.
Elle l'assure, dans le cas où elle serait amenée à gérer à nouveau la commune, de sa parfaite impartialité : tout comme pendant la période 2008>2014, tous les employés communaux seraient soumis aux mêmes droits et devoirs professionnels et leur évolution de carrière serait traitée avec la même équité.
La réussite d'une commune passe obligatoirement par un couple élus / employés communaux uni dans le même objectif de rendre le meilleur service au public.