droits et interdits

Le 15 juin, Véronique Dubeau-Valade alertait le quatuor Christian Roland / Jean-Paul Estève / Philippe Rieu / Christian Delcel sur quelques anomalies de leur campagne.
Ils ont su manifestement en tirer leçon, leur site annonçant aujourd'hui à nouveau la parution de leur programme.
Vous allez faire comme le Papotier et croire que c'est le même !
Que nenni ...
Sans doute se sont-ils renseignés entretemps ... et ils ont ainsi ôté de leurs propos sur leur politique sécuritaire le logo de la Gendarmerie Nationale comme le leur suggérait l'ancien maire.

lettre-ouverte
15 juin 2020
Lettre ouverte à Christian Delcel agissant pour "Couze Autrement"
Bonjour.
Si j'avais bien le droit de faire campagne pour l'élection municipale du 15 mars (1er et 2è tour d'une même opération), votre courriel est tout à fait illégal.
Vous utilisez mon adresse (comme celle d'autres qui me le font remonter) alors que vous ne m'avez pas demandé l'autorisation de l'enregistrer dans les fichiers utilisés par Couze Autrement.
Comme - contrairement à ce que vous distillez parmi d'autres mensonges - je ne suis pas "procédurière", je n'irai pas porter plainte à la Gendarmerie Nationale au nom de ceux que vous importunez. Je pourrais à cette occasion mentionner le fait que vous utilisez aussi un logo officiel - celui justement de la Gendarmerie Nationale - dans vos documents de propagande ce qui semble prohibé.
La fonction d'élu
Je l'ai déjà dit à Christian : être maire c'est être représentant de la Loi. 
Un candidat à cette fonction ou à celle d'adjoint  ne peut pas l'ignorer et doit s'assurer que chacun de ses actes soit conforme même si on peut accepter que parfois ... errare humanum est. 
Mais il est vrai que vous cautionnez les nombreuses irrégularités reconnues au fil de plusieurs procédures non initiées par moi-même dans le cadre d'un dossier communal litigieux ainsi que les manquements à la Loi reconnus - et plus précisément au Code de l'Urbanisme - de Jean-Louis Lafage, Marie Labonne, Jean-Christophe Saint-Martin ... et l'ensemble du Conseil Municipal qui vote à l'unanimité. "Merci, Jean-Louis, pour ces six ans".
L'environnement
Que représentent 375 € sur le budget communal ? Ce gain est-il indispensable à la survie de notre commune ? Quelle dépense peut-il régler ? Vaut-il qu'on perde 2 parcelles d'intérêt collectif ? 
Le programme de la liste "Débats et Actions" affichait en 2014 une projet de jardin partagé sur l'une d'elle à l'initiative d'Aurore Aptel auprès de qui Jean-Louis Lafage s'est excusé lors du dernier conseil de n'avoir pas pu le faire ; auparavant le Comité de Pilotage de l'Agenda 21 couzot dont faisait partie Christian Roland avait renoncé lui-même à faire la même opération sur la 2è comme Anne-Marie Marquais en a attesté en justice.
Que valent votre affirmation "Innover pour notre environnement", vos propositions de fleurissement et embellissement de notre village, d'entretien de notre rivière et ... de création d'un jardin partagé quand vous cautionnez la perte de ces 2 parcelles idéales pour ce faire ?
Voulez-vous attenter comme l'a fait Jean-Christophe Saint-Martin aux jardins de la Couze, lieu de promenade, pour y aménager ce jardin partagé alors même qu'il y avait de quoi le faire aux alentours des moulins ?
La propriété privée
Vous cautionnez la perte de 2 parcelles appartenant au patrimoine privé de notre commune et annoncez vouloir vous attaquer à ... la friche industrielle, propriété privée d'une société civile immobilière
Paradoxalement, vous m'avez violemment accusée à l'occasion de la dernière réunion du Conseil Municipal de parler de faits dont je ne connaissais pas les dessous ... et vous vous engagez sur un bien sur lequel vous n'avez aucun droit d'une part et dont, d'autre part, vous ne connaissez pas l'histoire de sa désastreuse déconfiture due à un serpent de mer, la voie de la vallée ... 
Mais ... puisque vous voulez "traiter immédiatement" la friche industrielle, à quel prix envisagez-vous de l'acquérir ? Et dans quels délais ?
Alors ... avant de continuer à me traiter de "procédurière" parce que je défends sur mes fonds propres les intérêts de notre commune et que je les ai défendus comme tout maire doit le faire au cours de la mandature 2008 > 2014, prouvez à la population que vous serez rigoureux en matière de légalité.
Et pour conclure ...
Comment peut-on qualifier votre tentative de me convaincre d'adhérer à votre programme détaillé ... et ce ... à une adresse improbable ? Naïveté ou ... humour ? Allez ... je vous accorde que c'est par humour !
Bonne soirée.
Véronique Dubeau-Valade -