Le conseil municipal a tenu réunion le jeudi 3 octobre. Son ordre du jour apparaît à caractère technique et M. le Maire y a été autorisé à ester en justice.

Pour faire taire toutes rumeurs inutiles :

  • Véronique Dubeau-Valade n'a pas engagé de procédure contre la commune pour un problème lié au cours de la Couze. 

Cependant à sa demande, une expertise judiciaire a été mandatée par le Tribunal Administratif de Bordeaux pour déterminer des responsabilités techniques suite au curage de la Couze à la fin du XXè siècle entraînant des désordres importants et coûteux pour certaines propriétés riveraines dont celle de sa belle-famille.

Ce curage avait été ordonné par un syndicat n'existant plus à ce jour et dont les compétences ont été transférées au fil du temps à la Communauté d'Agglomération de Bergerac.

La Commune en a été informée par le Tribunal Administratif mais n'est pas impliquée directement dans ce dossier existant sur son territoire, pas plus que Le Roseau Lindois représentant les pêcheurs. Elle n'a donc a priori pas besoin de faire appel à un avocat dans cette affaire ainsi que Véronique Dubeau-Valade l'a indiqué à plusieurs reprises de vive voix à Jean-Louis Lafage, maire de Couze et Saint-Front.

  • Véronique Dubeau-Valade a obtenu l'annulation des délibérations faisant don de parcelles communales à un propriétaire particulier et la commune n'a pas fait appel de cette décision du Tribunal Administratif de Bordeaux dans les délais impartis.

Sauf pour la commune à vouloir elle-même engager une nouvelle procédure auprès du Tribunal Administratif sur cette affaire pour tenter de la faire aboutir coûte que coûte, la commune n'a pas à engager de frais d'avocat.