Imaginez ...

Vous habitez une maison avec un jardin ... Vous en êtes locataire ou propriétaire, peu importe ... A côté, vous possédez ou disposez d'un autre bout de terrain. Vous le laissez naturel, en pré, parce que vous n'en avez pas un besoin immédiat.

Après ce pré se trouve une ferme. Dans le temps, votre maison, votre jardin et votre pré appartenaient à cette ferme.

Un beau jour, le propriétaire de la ferme à côté commence à aménager ce pré à sa façon et décide que ce pré lui appartient parce que, justement, ... dans le temps ..., ce pré appartenait à la ferme. Il veut "redonner (à sa propriété) son intégrité originelle, tel que décrit antérieurement à l'acte notarié de vente ."

Le laissez-vous faire ce qu'il veut dans votre pré ? Etes-vous d'accord pour le lui céder gratuitement ? Ne vous demandez-vous pas si plus tard, pour la même raison, il ne vous demandera pas votre maison et son jardin ?

 

Imaginez ...

Vous êtes artisan, commerçant, industriel, agriculteur ... Vous disposez d'un local professionnel avec du terrain autour pour garer vos véhicules et autres nécessités ... A côté, vous disposez d'une parcelle qui n'est pas utilisée à ce jour mais dont vous pouvez avoir besoin si vos affaires se développent ou pour pouvoir faire paître vos animaux si vous développez votre cheptel dans le cas d'un chef d'exploitation agricole ...

Après cette parcelle se trouve une ferme. Dans le temps, votre local et ses annexes appartenaient à cette ferme.

Un beau jour, le propriétaire de la ferme à côté commence à faire des aménagements sur votre parcelle incompatibles avec votre activité et décide qu'elle lui appartient parce que, justement, ... dans le temps ..., elle appartenait à la ferme. Il veut "redonner (à sa propriété) son intégrité originelle, tel que décrit antérieurement à l'acte notarié de vente ."

Le laissez-vous faire ce qu'il veut sur votre parcelle ? Etes-vous d'accord pour la lui céder gratuitement ? Etes-vous d'accord pour diminuer l'actif de votre bilan sans aucune compensation ?

 

Vous croyez qu'il n'y a aucune probabilité qu'un tel cas se produise ? Eh bien si ... 

Si vous êtes couzot, c'est exactement ce qui se passe pour vous qui êtes en quelque sorte co-propriétaire d'un bien commun à tous les habitants de votre commune, son patrimoine privé.

Votre mandataire - les conseillers municipaux de Couze et Saint-Front - ont voté le 28 décembre 2015 "la réintégration (de 2 parcelles appartenant à la commune) dans l'ensemble immobilier "Moulin des Guillandoux" au profit de M. Alain Noualhat, propriétaire, pour lui redonner son intégrité originelle, tel que décrit antérieurement à l'acte notarié de vente de 1991."

Moulin Guillandoux

Et le propriétaire du Moulin des Guillandoux a depuis engagé des travaux pour aménager l'une d'elle comme bon lui semble ... sans que nous ayons vu passer la moindre délibération actant la cession gratuite - elle est totalement illégale -  et sans que nous ayons connaissance d'une autorisation de travaux soit de la commune pour le sol, soit de la communauté de communes pour le mur de soutènement de la voie publique dite "Chemin des Guillandoux", soit de ce que nous avons l'habitude d'appeler "les bâtiments de France".

Voilà des mois que sont demandées des explications à Monsieur le Maire ... Voilà des mois qu'il refuse d'apporter des explications à cet état de fait ...

C'est pourtant de notre patrimoine dont il s'agit ...

 

En ces temps où tout un chacun réclame un peu plus de transparence et un peu plus d'éthique dans les politiques publiques, il est nécessaire que le plus petit des échelons - celui de la commune - montre l'exemple d'où la nécessité pour Monsieur le Maire de donner réponse à sa population. Nul doute que la lettre ouverte qui lui est adressée ce jour - et dont il a été avisé oralement ce matin - lui permettra d'apaiser enfin nos craintes. Cliquez ici pour la lire confortablement.

Lettre ouverte à Monsieur le Maire de Couze et Saint-Front

170318 lettre ouverte 001

170318 lettre ouverte 002

170318 lettre ouverte 003