image conseil municipalC'est face à un public nombreux que Jean-Louis Lafage, maire de Couze et Saint-Front a ouvert une séance du Conseil Municipal qui, contrairement à ce que laissait supposer l'ordre du jour, s'est déroulé dans une ambiance décousue et très approximative.

Il excusa Zohra Hallalel - absente pour raison professionnelle - qui avait donné son pouvoir à Jean-Louis Lafage. Le papotier ne fut pas surpris de ne pas voir Aurore Aptel - à combien de conseils municipaux a-t-elle siégé depuis son installation ? - qui avait donné pouvoir à M. Lavigné.

1 - Conseil municipal du 25 février 2016

     L'approbation de son compte-rendu officiel est votée à l'unanimité.

2 - Compte de gestion 2015

    Sans en présenter le moindre chiffre, le Conseil Municipal entend que le compte de gestion correspond bien au compte administratif et le vote à l'unanimité que ce soit pour le compte communal comme pour celui de l'assainissement.

3 - Compte administratif 2015

     Sauf à avoir mal compris - mais son voisin semblait être dans la même situation -, le papotier n'a pas entendu le maire présenter le total des charges de fonctionnement et des dépenses d'investissement.

Ces chiffres ont été par contre présentés par Christian Rolland, 2è adjoint, qui a fait procéder au vote pendant le retrait réglementaire du maire.

Le Papotier n'étant pas sûr de les avoir bien compris, il en a demandé la précision en fin de conseil ainsi que le montant d'équilibre du budget 2016 : M. le Maire - qui avait pourtant toutes les délibérations sous les yeux - n'a pas été en mesure de répondre mais s'est engagé à communiquer ces chiffres dès demain matin.

Ce compte-rendu sera donc amendé dès réception de ces précisions.

Il n'en reste pas moins que ces comptes - communal et assainissement - ont été votés à l'unanimité.

4 - Vote des taxes

     Sans doute était-ce révélateur ... M. le Maire avait zappé ce point de l'ordre du jour et ses collègues ont dû le ramener à la réalité ... Il a dû affronter le fait qu'il appelait à voter une augmentation des taxes locales qui passent de :

  • 9,53 % à 9,80 % pour la taxe d'habitation
  • 22,07 % à 22,64 % pour le foncier bâti
  • 66,73 % à 68,63 % pour le foncier non bâti

Et là ..., le papotier a failli mourir de rire ...

Pour excuser et expliquer cette hausse, le 2è adjoint - Christian Rolland - a précisé que si hausse il y avait,  baisse il y avait aussi sur le taux d'ordures ménagères ... qui elle n'est pas de la compétence de la commune mais de la communauté de communes !

Il a, à cette occasion, dit combien le système mis en place par Véronique Dubeau-Valade et son équipe était efficace et au meilleur coût - là, le papotier a cru s'étouffer tant le même Christian Rolland avait critiqué la gestion des ordures ménagères sous la mandature précédente, réclamant même un fameux "petit camion" dont on s'amuse encore -. Les élus de Couze reconnaissent que l'entreprise NCI Environnement qu'avait choisie Véronique Dubeau-Valade et son Conseil présentait le meilleur service pour le meilleur coût alors que ce qui était proposé aujourd'hui ne répondait pas aux engagements prévus et apportait un service moindre.

La Communauté de Communes des Bastides Dordogne-Périgord fait donc des économies en rendant moins de service à la population et baisse la taxe sur les ordures ménagères (TOM) de 12,53 % à 10 %. Mais comment M. le Maire de Couze finance-t-il donc la charge communale de ramassage des déchets hors voie publique tels ceux des jardins de la Couze ou des parcs de stationnement qui étaient auparavant compensés par cette même TOM ?

En compensation de cette première baisse de service, des plus grands conteneurs vont être installés ici et là pour améliorer le paysage. C'est là une première étape avant qu'un jour, on nous annonce qu'il n'y aura plus du tout de ramassage en porte à porte et qu'il faudra apporter ses ordures à des bornes spécifiques, voire pour certains plus âgés ou ayant des difficultés de mobilité engager du personnel pour ce faire ...

On voit combien l'élection de 2014 a été porteuse de progrès !

Ces taxes sont votées malgré l'abstention de Christian Rolland et les votes "contre" de MM. Franco, Perronnet, Geffard et Grellety.

5 - Attribution des subventions -

     Au théâtre ce soir ... J'te vois, j'te vois pas ... Difficile de suivre les votes tant ils paraissaient incohérents.

Après une première baisse l'an passé, en voici une seconde ... "C'est la faute à la France" annonça Christian Rolland.

- Amicale Laïque > 900 € - 7 abstentions - 8 pour

- Comité des Fêtes > 900 € - Là, énormité qui prouve les liens entre cette association et la commune elle-même. 4 membres du conseil - dont le maire - ne peuvent participer au vote parce que parties prenantes de la gestion du Comité des Fêtes. - 6 abstentions (Mmes et MM. Franco, Perronnet, Grellety, Geffard, Faure et Rayne) - 5 pour.

pour l'association qui organisera la fête du 14 juillet ? > 300 € de subvention exceptionnelle - vote à l'unanimité

- Couze Initiatives > 900 € - 8 abstentions - 7 pour

- Pétanque Club > 150 € - 2 abstentions (MM. Franco et Geffard) - 13 pour

- Football Club Lalinde Couze Sauveboeuf > 1.400 € - 1 contre (M. Grellety) - 6 abstentions - 8 pour

- Tennis Club > 250 € - 5 abstentions - 10 pour

- Les copains d'abord > 150 € - 1 contre (J. Rayne) - 4 abstentions - 10 pour

- Chasse > 270 € - Christian Rolland qui en est trésorier-adjoint ne prend pas part au vote - 1 contre - 6 abstentions - 7 pour

- Roseau lindois > 100 € - 3 abstentions - 12 pour

- APE > 450 € - Gilles Perronnet, concerné, ne prend pas part au vote - 5 abstentions - 9 pour

- Foyer socio-éducatif du collège de Lalinde > 200 € - 5 abstentions - 10 pour

- ASEL > 250 € - 3 abstentions - 12 pour

- Croix Rouge Française > 50 € - vote à l'unanimité

- Secours Populaire > 50 € - vote à l'unanimité

- Secours Catholique > 50 € - 1 abstention (Alexandre Geffard) - 14 pour

- Resto du coeur > 50 € - vote à l'unanimité

- Papillons blancs >100 € - vote à l'unanimité

- FNATH > 50 € vote à l'unanimité

Sainte-Croix des Papetiers > 50 € - 14 pour

- Les Pesqueyroux > 120 € - 1 abstention (Gilles Perronnet) - 14 pour

- Le souvenir français > 30 € - vote à l'unanimité

- CERADER 24 > 30 € - 1 contre - 14 pour

Stéphanie Faure précise s'être abstenue parce qu'elle souhaitait elle-même une baisse drastique de 15 % du montant de toutes les subventions. 

6 - budgets primitifs 2016 communal et assainissement

       Le maire les présentent chapître par chapître et il ne semble pas qu'il en annonce le montant d'équilibre. Il doit communiquer l'information demain matin au papotier qui amendera donc ce compte-rendu.

Il semble qu'une DETR ait été accordée l'an passé pour l'aménagement de l'école mais que n'ayant pas été utilisée soit perdue. Une nouvelle a été obtenue cette année qui permettra de faire la 1ère tranche en 2016 et la seconde en 2017.

Ce budget primitif est voté malgré 1 vote contre (Philippe Franco) et 4 abstentions (MM. Rolland, Perronnet, Grellety et Geffard).

7 - Questions diverses

        Traverse > M. le Maire se gargarise de l'inauguration prochaine en mai de la traverse dont la réfection avait été obtenue par l'équipe municipale précédente !

Démission du 1er adjoint > Philippe Franco demande la parole pour indiquer qu'il avait présenté ce matin même sa démission de 1er adjoint à Jean-Louis Lafage en raison d'un désaccord avec lui mais aussi de sa charge professionnelle. Il précise qu'il finira de traiter ses dossiers en cours et continuera à siéger comme simple conseiller municipal.

Puis la séance est levée.

8 - Parole au public

      Et là, c'est l'apothéose.

Après l'annonce de la démission de son époux, Muriel Franco prend la parole pour invectiver le maire ... en tant qu'institutrice de maternelle. Certes, Mme Franco émet des réflexions justifiées, notamment celles concernant le refus du maire de prolonger le contrat d'une ATSEM et Christian Rolland lui donne raison : oui, il y a eu un investissement de la commune en formation ... et il eût été plus sage de la conserver.

La représentante de l'Education Nationale émet des exigences et s'ingère dans les affaires de la commune à titre individuel, ce que Jean-Louis Lafage aurait dû faire cesser immédiatement. Muriel Franco se plaint d'être mal traitée, de ne pas avoir été consultée sur les travaux envisagés par le maire à l'école, d'avoir subi un excès de chauffage, etc., etc. Elle annonce d'ores et déjà qu'elle ne pourra pas travailler correctement avec l'ATSEM qui sera recrutée ... et que, malgré la démission de son époux, "elle ne lâchera pas" ...

Le public participe à cet échange notamment par rapport au transfert annoncé de l'école maternelle à Baneuil. Chacun cherche à faire comprendre au maire que le manque d'école maternelle projette à terme la disparition de l'école car les jeunes parents préfèreront s'installer dans une commune disposant d'un accueil pour les tout petits plutôt qu'à Couze qui n'en disposera pas, affaiblissant ainsi un peu plus notre commune ... 

Enervée et déçue du manque de réactivité du maire et de son équipe, Muriel Franco quitte la salle ...

Simultanément, un proche de l'ATSEM qu'a défendue Muriel Franco attaque le maire sur l'incompétence de la commune dans la gestion des ressources humaines. "Quand on se présente avec un programme de gauche", dit-il, on ne gère pas ainsi les ressources humaines. Il met en cause directement l'élue responsable des ressources humaines en parlant du "gachis" qu'elle a provoqué.

Jean-Louis Lafage dit qu'il soutient et approuve les décisions de Marie Hamchart. Marie Hamchart réplique que c'est le maire seul qui prend les décisions. Qui croire ?!!!

S'ensuivent des reproches sur l'éclairage injustifié du stade et des courts de tennis, puis les débats dérivent sur de telles futilités que le Papotier préfère quitter la salle. Il ne peut ainsi pas vous rapporter la suite de ces échanges stériles mais qui prouvent néanmoins la déliquescence de cette équipe municipale dont beaucoup reconnaissent qu'elle n'est pas à la hauteur des rêves qu'elle a engendrés pendant sa campagne électorale ...