En 2014, Jean-Louis Lafage était  à la tête d'un groupe de 15 candidats qui avaient tous été élus.

liste-vdef

Qu'avaient-ils promis ?
Qu'ont-ils fait ?
Que sont-ils devenus ?
Que comptent-ils faire demain ?

Si les anciens Couzots ont suivi leur parcours, les nouveaux habitants ne connaissent souvent d'eux que les derniers mois de leur mandature. Il semble donc utile de faire plus ample connaissance avec les élus du Conseil Municipal sortant.

Tout ce qui suit est vérifiable soit auprès d'anciens élus, soit auprès de personnes ayant subi des déboires au cours de ces dernières années, soit encore auprès d'anciens Couzots affichant une réelle neutralité ...

Le programme sur lequel ils ont été élus sera diffusé prochaînement.

Jean-Louis Lafage dit avoir subi cette mandature et depuis quelques mois n'aspire qu'à une seule chose ... s'en aller !

Son mandat ne laissera hélas que des traces négatives tant en termes humains qu'en matière de réalisation :

  • le personnel communal ne semble pas avoir été heureux,
  • ses collègues du Conseil Municipal l'ont abandonné au fil du temps
  • et la transformation du bloc mairie-école est un échec manifeste pour un coût exhorbitant.

L'isolation par ailleurs ne semble pas avoir été un des points majeurs de cette opération alors même que le programme de son équipe annonçait "isolation des bâtiments communaux dont l'Ecole".

"Nous donnerons vraiment la parole aux habitants", avait-il annoncé. En réalité, il n'y eut plus de comité de pilotage, plus de réunions publiques trimestrielles et il confisqua la parole au public lors des conseils municipaux, participation qu'avait initiée Véronique Dubeau-Valade sous sa mandature. C'est paradoxalement lors des deux dernières séances du Conseil Municipal qu'il la re-autorisa.

ne se représente pas


Aurore Aptel n'avait manifestement pas la capacité en matière de temps et de soutien à s'impliquer dans un conseil municipal. Elle l'avait indiqué en son temps mais sans doute fallait-il faire nombre, ce qu'elle fit par solidarité amicale. Elle ne peut donc être blamée pour n'avoir assisté qu'à un nombre très limité de séances.

Il convient cependant de reconnaître qu'elle répondit toujours "présent" lorsque le quorum était menacé, assumant ainsi sa fonction.

Il est en tous cas dommage que son projet inscrit dans leur programme - "un relais nature et son potager partagé" - aît dû être jeté aux oubliettes en raison de l'abandon par la commune à M. Noalhat de la parcelle où son installation était prévue.

ne se représente pas


Stéphanie Faure avait accusé un jour de neige Véronique Dubeau-Valade de ne pas faire déblayer la route devant chez elle pour lui permettre de rejoindre son travail. Sans doute était-ce la raison pour laquelle le programme de la liste "Débats et Actions" annonçait en mars 2014 "la mise en place de moyens pour le déneigement de la voirie communale".

Véronique Dubeau-Valade l'a néanmoins contactée avant la campagne électorale 2020 pour lui proposer de participer à son "projet pour Couze" où elle aurait pu prendre en charge le sujet "enfance et jeunesse", proposition qu'elle a aimablement refusée.

se représente avec le groupe "Couze ... Avançons avec vous"


Philippe Franco que tout un chacun considérait comme la tête pensante de l'équipe se vit refuser une place de vice-président à la Communauté de Communes. C'était pourtant écrit en toutes lettres dans le programme : "accéder à un poste de vice-président à la CCBDP pour faire valoir notre vision de l'intercommunalité". Après que ses pairs lui aient préféré le maire expérimenté de Saint-Capraise de Lalinde Laurent Perea, il démissionna de ses fonctions d'adjoint au bout d'un an et n'assista plus à un seul conseil municipal.

Entretemps, il avait convaincu Jean-Louis Lafage et ses 13 autres collègues que M. Noalhat était propriétaire de biens ne lui appartenant pas et c'est ainsi que des riverains du bief des Guilhendoux se virent dépossédés indûment de bandes de terrain le longeant.

ne se représente pas


Alexandre Geffard devait être l'homme de la communication, créer un site internet dynamique et le garant de l'"édition d'un vrai bulletin municipal".

Il démissionna avant de réaliser ces objectifs.

ne se représente pas


Jean-Yves Grellety était prêt à mettre sa disponibilité et son expérience technique au service de la commune. Il n'en eut pas le temps.

Il démissionna par solidarité envers son épouse, employée communale insatisfaite du sort qui lui était réservé par l'équipe en place.

ne se représente pas


Zohra Hallalel, jeune femme intelligente et dynamique, comprit très vite la galère dans laquelle elle s'était embarquée avec tant de bonne volonté;

Elle démissionna par déception alors qu'elle était engagée dans le développement de la bibliothèque municipale, aucun élu n'ayant repris cette activité après son départ.

ne se représente pas


Marie Hamschart, comme bien des candidats d'aujourd'hui, "démolit" gratuitement Véronique Dubeau-Valade sans la connaître pendant la campagne électorale 2014.

Une fois élue, son comportement n'eut rien de social vis-à-vis du personnel communal, ce qui entraîna une condamnation du maire envers lequel une procédure judiciaire avait été engagée par un de ses membres.

Elle finit par décider de ne plus venir à la mairie et n'assista même pas à ce qui devait être le dernier conseil municipal de la mandature.

Sauf erreur ou omission que le Papotier n'hésitera pas à corriger si nécessaire, elle touche encore son indemnité d'adjoint.

ne se représente pas


Marie-France Labonne est la force de ce conseil municipal. De par ses anciennes fonctions, elle a su reprendre la gestion du personnel derrière Marie Hamschart et a géré avec sérieux l'administration et les comptes communaux.

ne se représente pas


Jean-Paul Lavigné,même s'il a quasiment voté par solidarité toutes les délibérations proposées par le maire, a toujours posé en séance du Conseil Municipal les questions qui amenaient la réflexion de ses collègues. 

ne se représente pas


Gilles Perronnet avait lui aussi présenté sa démission d'adjoint, pour se reprendre un ou deux mois après. Tout comme Marie Hamschart, il ne jugeait plus utile depuis un certain temps déjà d'assister aux séances du conseil municipal et n'a pas non plus assisté à ce qui devait être le dernier conseil municipal de la mandature.

Là encore, sauf erreur ou omission que le Papotier n'hésitera pas à corriger si nécessaire, il touche encore son indemnité d'adjoint ... alors même qu'on peut lire sur le programme du groupe "Débats et Actions" : "nous baisserons de manière significative les indemnités des élus."

ne se représente pas


Jacques Rayne est le doyen de l'équipe actuelle. Disponible et dévoué, il a été envoyé sur tous les fronts par le maire et ses pairs. Il est le référent en matière de culte et de cimetières.

Il fait partie des conseillers municipaux à qui Véronique Dubeau-Valade avait proposé, avant la campagne électorale, de participer à son "projet pour Couze", proposition aimablement refusée car il disait alors ne pas vouloir "repartir" en raison de son âge. 

se représente avec le groupe "Couze ... avançons avec vous !"


Christian Roland, homme sympathique, a entraîné le groupe de candidats de 2014 en affichant leur "priorité à l'environnement et au développement durable".Il disait vouloir "donner toute son importance à l'agenda 21". Or, à peine élu, le Conseil Municipal abandonnait tous ses projets en la matière que ce soit les labels nationaux "agenda local 21 France" attribué par l'Etat  ou "Notre village, terre d'avenir".

Plus de terre d'avenir, plus d'homme d'avenir car, avant de démissionner de ses fonctions d'adjoint dans notre village, il avait déjà démissionné du Conseil Municipal de Bayac ce que beaucoup lui reprochent.

Véronique Dubeau-Valade avec qui il a toujours entretenu des relations cordiales lui avait proposé de travailler ensemble à l'avenir de Couze, proposition qu'il a refusée, ce qu'il reconnait ouvertement.

se représente en tête de groupe "Couze autrement"


Jean-Christophe Saint-Martin a bénéficié de la démission de Christian Roland pour devenir 2è adjoint. Son nom participe de l'histoire de Couze, ses parents ayant possédé le château du Mont d'Onel.

Il en a hérité sa maison actuelle où il est revenu vivre alors que Véronique Dubeau-Valade était maire. A sa demande, elle avait alors négocié un arrangement avec la commune de Varennes, propriétaire d'une partie du chemin rural qui y menait, pour que ses ordures ménagères puissent être ramassées "en porte à porte".

Ce chemin rural reliait le plateau de Toutvent à la route départementale Varennes > Couze ; il était prévu, dans le cadre du Plan Local d'Urbanisme et son futur plan de déplacement urbain, à devenir voie communale pour faciliter la circulation entre les hauts de Couze, Lanquais, Varennes et la route départementale. Il représentait un atout indéniable pour le développement de notre village.

Jean-Christophe Saint-Martin en fit l'acquisition malgré l'avis défavorable de la commune de Couze et Saint-Front défendant l'intérêt collectif de cet axe.

Cela n'empêcha pas Véronique Dubeau-Valade de lui faire savoir, avant la campagne électorale 2020, son souhait d'une liste d'union autour d'un projet pour Couze. Jean-Christophe Saint-Martin refusa cette proposition.

se représente en tête du groupe "Couze ... Avançons avec vous"


Robert Vitrac est un conseiller municipal tout aussi dévoué et disponible que le doyen Jacques Rayne.

se représente avec le groupe "Couze ... Avançons avec vous"


Deux groupes de candidats sont donc issus et représentatifs de l'équipe sortante. Prime a été donnée au premier tour à celui comprenant le plus d'élus actuels.

La poursuite de la campagne électorale pour le second tour va permettre :

- d'analyser sur le fond les promesses de campagne 2014 et leur réalisation jusqu'à ce jour par l'équipe sortante ;

- de comparer les propositions de 2020 des 3 groupes de candidats sauf à ce que Christian Roland et Jean-Christophe Saint-Martin fusionnent leurs équipes comme le leur demande le maire de Sainte-Agne.

Une autre solution existe : les porteurs d'un projet pour Couze et Saint-Front sont prêts à accueillir certains de leurs compétiteurs pour offrir aux Couzots une seule et unique liste d'union bâtie dans le seul intérêt du village, loin des ego et des intérêts particuliers et respectant les règles d'éthique proposées par ANTICOR.