On savait que Philippe Franco, Christian Rolland et Gilles Perronnet avaient démissionné de leur fonction d'adjoint, ce dernier s'étant vite repris et ayant repris son titre après un mois de vacance !

On savait que Jean-Christophe Grellety avait démissionné depuis de très nombreux mois.

Il se murmurait que Zohra Hallalel et Christian Rolland avaient fait de même ... Le maire l'a confirmé ce soir : en date du 27 avril pour la première et le 12 juin pour le second.

Aurore Aptel, Philippe Franco, Alexandre Geffard n'assurant plus leur fonction d'élu(e)s depuis des années sans que personne ne s'en offusque, c'est à 9 que le Conseil Municipal se réunit désormais ... même si le maire est systématiquement porteur d'un pouvoir de la sympathique absente.

Conseil à 9

Etaient donc présents ou représentés ce soir :

  • Jean-Louis Lafage
  • Marie Labonne
  • Jean-Christophe Saint-Martin
  • Marie Hamschart
  • Gilles Perronnet qui avait donné pouvoir à Jacques Rayne
  • Aurore Aptel qui avait donné pouvoir à Jean-Louis Lafage
  • Stéphanie Faure
  • Jean-Paul Lavigné
  • Jacques Rayne
  • Robert Vitrac

Et, comme il se passe toujours quelque chose de rigolo à Couze, c'est après avoir ouvert la séance que notre maire s'est rendu compte qu'il lui manquait ... un crayon à papier qu'il s'est empressé d'aller chercher !!!

Mais s'il se passe toujours quelque chose de rigolo, le suspense est absent de toutes les réunions : les élus votent en général comme  un seul homme. C'est donc à 10 voix que toutes les délibérations ont été approuvées à l'exception d'une intitulée "participation citoyenne" où Robert Vitrac s'est abstenu, à juste titre tant la présentation du sujet par le maire pouvait laisser dubitatif ...

Des explications confuses

Même après plus de 4 ans de mandat, l'amateur éclairé comprend que ni le maire, ni la plupart de ses collègues ne maîtrisent leur fonction à part Marie Labonne dont la profession l'a préparée à suivre des comptes publics.

C'est ainsi que sont apportées par le maire des réponses la plupart du temps erronnées ...

Adhésion à la maison de l'emploi

Non, contrairement à ce qu'a affirmé Jean-Louis Lafage, la maison de l'emploi Sud-Périgord n'est pas l'Espace Economie Emploi de Lalinde, lui-même devenu le service Economie de la C. C. B. D. P.

Non, contrairement à ce qu'a affirmé Jean-Louis Lafage, la maison de l'emploi n'est pas un "truc de Garrigue" (!!!) même si le maire de Bergerac en est le co-président avec Christian Bourrier, maire de Lalinde. 

alliance-villes-emploi-1

Créée en 2006 à l’initiative des Villes de Bergerac et Lalinde avec l'Etat et Pôle Emploi, la Maison de l’emploi (MDE) Sud Périgord regroupe le territoire bergeracois et la circonscription départementale de Lalinde.

Elle a pour objectif d’améliorer le service rendu aux demandeurs d’emploi, aux salariés et aux entreprises en leur offrant un guichet unique, en fédérant et en coordonnant l’action des partenaires publics et privés sur son territoire.

Il suffit d'aller sur son site pour en comprendre le bien-fondé.

Les maisons de l'emploi sont regroupées au sein d'une fédération nationale - l'Alliance Villes Emploi - présidée par Nathalie Delattre, sénateur de la Gironde, conseiller municipal de Bordeaux et par ailleurs secrétaire général du Mouvement Radical.

Alors, oui, maire, adjoints et conseillers municipaux de Couze et Saint-Front ont eu raison de voter une subvention de 50 cts/habitant au profit de la Maison de l'Emploi Sud-Périgord. Ces 371 € permettront peut-être demain d'offrir un poste à l'un des votres ...

Adhésion 2018 au service Energies du SDE 24

Logo-SDE24-e1490606040129

Il est amusant de constater combien, malgré tout, les élus d'aujourd'hui ont renié leurs décisions d'hier lorsqu'ils se posaient en opposants à Véronique Dubeau-Valade. "Par philosophie", ils refusaient alors de voter toute délibération traitant du SDE 24 présidé par le docteur Philippe Ducêne, maire de Sainte-Alvère((/Saint-Laurent des Bâtons) !!!

Ouf ... ils ont compris que cette structure départementale pouvait leur faire faire des économies et y adhèrent d'autant plus que la cotisation (dont on ne nous a pas indiqué le montant) est payée par la communauté de communes !

Délibérations diverses

Dans toute séance du Conseil Municipal, il faut voter des régularisations telles valider l'adhésion d'autres communes à des syndicats auxquels il cotise, telles des écritures comptables ou la reconnaissance de créances irrecouvrables. Cette séance n'y a pas échappé et ces délibérations ont toutes été naturellement votées sans qu'il y ait le moindre intérêt à les détailler ...

La CLECT, quesaquo ?

Elle est régulièrement votée par l'ensemble des maires des communes qui composent une communauté de communes puisqu'elle consiste à valoriser des charges et à en répartir le montant entre l'EPCI (Etablissement Public de Coopération Intercommunale) et les communes elles-mêmes.

Ce qui se conçoit bien s'énonce clairement ... mais là ..., les explications étaient pour le moins floues et irrégulières.

CLECT

La CLECT, c'est la commission locale d'évaluation des transferts de charge. En gros, elle consiste à dire que si une commune transfère une activité à la communauté de communes, elle en transfère automatiquement les recettes et dépenses que cette activité génère et vice-versa. Quand on a additionné l'ensemble des dépenses et recettes des charges transférées, il reste un montant positif ou négatif qui impacte commune et communauté de communes.

Sur cette délibération, le maire a été dans l'approximation, refusant même de citer les répartitions entre communes alors qu'il s'agit là d'une information publique. Le plus grave est qu'il n'a annoncé aucun chiffre concernant la commune alors même que les conseillers municipaux ne semblaient pas en avoir connaissance eux-mêmes ...

Pour autant ..., le rapport de la CLECT a été voté à l'unanimité ... 

Ah ... l'école !!!

Malgré les quelques 400.000 € et plus que la commune y a investis ..., elle n'est pas finie !!!

Mais ouf ..., le maire fait des économies. Il a ordonné d'enlever une isolation intérieure parce qu'il y en a déjà à l'extérieur et un élément de décor - nous-a-t-il dit - et il est heureux d'annoncer une moins value de 4.863 € TTC sur le lot "platrerie et faux plafonds" qui est de l'ordre de 61.000 €. Cela valait bien un vote à l'unanimité !

Mais ... mais ... mais ...

I120113 chapiteau structure_2l avait oublié de faire une délibération alors qu'il avait engagé 71.745,75 € TTC pour améliorer l'école par un préau d'accueil extérieur destiné à assurer la sécurité des écoliers quand ils rentrent et sortent de l'établissement côté route départementale ...

Voulant nous rassurer, il a indiqué avoir sollicité une subvention de l'Etat via la DETR (Dotation d'Equipement des Territoires Ruraux) et le Département avec la Convention d'objectif. Son bon coeur l'a amené à préparer cette opération pour ses successeurs autour de lui mais, a-t-il promis, s'il rentre quelques sous, il la lancera avant la fin de son mandat !!!

C'est la préfecture qui a réclamé la délibération car, effectivement, on ne demande pas une subvention sur un projet qu'on n'a pas voté ... S'il est humain d'oublier cette règle de base après quelques années de mandat, il reste surprenant qu'aucun de ses successeurs putatifs ne l'aient alerté sur cette irrégularité !

L'oubli est réparé. La délibération a été votée à l'unanimité.

En parlant d'école ... piscine !!!

enfants piscine

Les "petits" sont partis à Baneuil ... et on les initie à la natation à la piscine de Bergerac. C'est une bonne chose !

Oui mais voilà ... une institutrice de Baneuil, pour des raisons sans doute tout à fait valables - il serait question d'un nombre insuffisant d'écoliers -, décide qu'elle n'amènera pas cette année les enfants à la piscine ...

Or ... qui va à la chasse perd sa place !!! Et si Baneuil ne va pas à la piscine, elle perd les 2 lignes d'eau auxquelles elle a droit maintenant chaque année ...

Alors ... appel est fait à la commune de Couze pour qu'elle finance cette année ces 2 lignes d'eau. Il ne s'agit là que d'un dépannage ... Dommage ... car les écoliers de Couze n'auraient a priori droit à la piscine que cette année ...

Un "tiens" vaut mieux que deux "tu l'auras" ... Les élus votent donc à l'unanimité l'initiation à la natation pour 2 classes de Couze et bénéficient d'une belle chance : les 2 classes de Couze bénéficieront du même horaire et un seul car / un seul trajet seront nécessaires pour le déplacement à Bergerac. Le prix de l'opération n'est pas annoncé avant l'appel à voter ..., la délibération sujette à caution mais l'intérêt des enfants nous fait fermer les yeux ...

La participation citoyenne à Couze ... vous en rêvez !

Eh bien ... continuez !

Il s'agit là de la délibération pour laquelle Robert Vitrac s'est abstenu ... Et comme on le comprend ...

Car ce que le maire appelle "participation citoyenne" est plus communément appelé "vigilance citoyenne" ...

870x489_logo_voisins_et_solidaires

Cette vigilance citoyenne, les élus de la précédente mandature l'assuraient au quotidien, particulièrement au cours de l'été, se rendant eux-mêmes lorsqu'ils rentraient de quelques sorties nocturnes dans tous les coins du village ..., faisant quelque peu la morale à des jeunes désoeuvrés semant quelques troubles ..., s'assurant que les personnes vulnérables n'étaient pas oubliées ..., signifiant aux gendarmes les anomalies qu'ils remarquaient ...

Le conseil n'a donc pas décidé de donner la parole à la population. Il a simplement voté plein pouvoir au maire pour désigner un ou plusieurs référents qui serviront de relais à la Gendarmerie ...

"Attention à la délation", a prévenu Robert Vitrac ...

Il est vrai que la méthode employée par l'équipe de Véronique Dubeau-Valade faisait ses preuves en toute discrétion ... Elle nécessitait cependant pleine disponibilité du maire et des adjoints 24 h / 24 ... ce qui n'est pas du goût de tout le monde ... 

Couze, petite cité de caractère ?

guingamp-devrait-devenir-la-septieme-petite-cite-de_3733414

Cité de caractère, c'est ce que Couze était devenue grâce au concours de l'association "Notre Village" qui lui avait remis le label "Terre d'avenir" en 2010, label renouvellé en 2013 avec 1 hirondelle qui n'a pas fait le printemps puisque le panneau à peine installé, le maire refusait de poursuivre la collaboration avec "Notre village".

Oubliée donc la reconnaissance de l'Etat qui, après maints diagnostics, avait labellisée la commune de Couze et Saint-Front "Agenda 21 local France" ...

Les diagnostics et contrôles - sans aucune complaisance - étaient constants dans la stratégie de développement durable mise en place par la précédente municipalité et basée sur la valorisation du patrimoine bâti et non bâti ainsi que sur la culture découlant du passé papetier de Couze. Les idées fusaient dans un comité de pilotage partagé entre élus et population.

Pourquoi, alors même que le travail a été fait et ne demande qu'à être repris et amélioré, ne pas continuer dans cette démarche participative qui, de plus, répond aux exigences de la transition énergétique et se base sur la participation citoyenne ?

Comment peut-on imaginer faire labelliser Couze et Saint-Front, petite cité de caractère, quand on refuse par écrit d'entretenir les chemins ruraux des Moulins du Port - patrimoine privé de la commune - au détriment de son image même, simplement pour nuire à l'ancien maire en laissant croire qu'ils appartiennent à sa famille ?

Chemin rural des moulins du port

Main mise sur Couze

Jean-Christophe Saint-Martin le reconnaît lui-même. L'adhésion au label "Petites cités de caractère", c'est une démarche du Conseil Départemental qui s'appuie sur le soutien de l'Office de Tourisme des Bastides Dordogne-Périgord, cet office de tourisme qui est un service de la C. C. B. D. P.

Eh bien ..., le Conseil Municipal, en votant à l'unimité ce soir l'adhésion à cette structure, a préféré la dépendance au Conseil Départemental et à la Communauté de Communes plutôt que l'indépendance d'une politique participative villageoise ouverte sur les partenariats.

Nous avons là une nouvelle preuve d'une véritable main-mise sur la commune de Couze et Saint-Front entamée en 2014 et sa condamnation à perdre son identité dès 2020 si les élus se contentent de subir plutôt que d'oser affronter d'abord une véritable relation avec la population.

Un patrimoine et un environnement dévalorisés

Jean-Christophe Saint-Martin a dit combien il était important de valoriser notre patrimoine ... Mais il participe à une équipe qui ne cesse de le dévaloriser depuis 2014, son dernier exploit étant la coupe désastreuse des peupliers de la Font Chaude en plein mois de mai qui a ôté toute valeur touristique aux Jardins de la Couze, au "Chemin du Papetier", sentier d'interprétation utilisé aussi dans le cadre du Plan Départemental des Itinéraires de Petite Randonnée ...

32-IMG_7606Jean-Christophe Saint-Martin a dit combien il était important de soutenir l'art sous toutes ses formes à Couze ... Mais il participe à une équipe qui, dès l'été 2014, a fait dégager des maisons Jardel et des Contremaîtres une exposition de peinture mettant en valeur une artiste locale, amateur de grand talent ..., a fait détruire une oeuvre éphémère d'une artiste de renommée  internationale qui souhaitait la voir résister au temps ..., a empêché le maintien de l'opération annuelle "papier d'art, papier de Couze" connue au-delà des limites du département pour la qualité de ses expositions d'art contemporain valorisant l'activité papetière de notre village ...

Quel environnement culturel pour demain ?

Oui, 16Arts mérite d'être pérennisée, les artistes et oeuvres qui étaient présentées ce week-end dernier en attestent.

Mais la valorisation d'un patrimoine, ... la culture ... méritent ouverture d'esprit et ne doivent pas se limiter à un réseau restreint.
Valoriser un patrimoine, c'est favoriser une économie locale.
Apporter la culture - et particulièrement l'art contemporain - en milieu rural, c'est offrir à ses enfants, sa jeunesse, sa population ... les mêmes chances d'ouverture sur le monde qu'à ceux des milieux urbains.
Tout cela ne peut se faire qu'en s'ouvrant aux autres et non en limitant son action à une catégorie ciblée pour son allégeance.

Tout cela ne résulte pas d'une soudaine réaction à une échéance électorale à venir ...

Mesdames et Messieurs les élus, il ne suffit pas de sourire et paraître gentil ...
Libérez-vous ...
Redonnez la parole aux Couzots ...
Engagez une véritable politique participative ...
Cessez de casser ce qui a été fait par vos prédécesseurs ...
C'est votre seul devoir ... C'est votre seule chance ...

partners