Qui aurait pu imaginer la situation que vit le monde aujourd'hui ? Quel gouvernant aurait pu anticiper les conséquences d'une inimaginable pandémie ?

Coronavirus_2019-nCoV

Pour autant, les Français comme d'autres citoyens du monde vivent des difficultés exceptionnelles que ce soit en matière de santé comme en matière sociale. Et nombreux sont ceux qui se posent des questions multiples ...

Sur le plan de la santé, les plateaux de télévision sont la scène de contradictions, de combats entre pro-ceci et pro-cela ... et nous en venons à ne plus savoir à quel saint professeur se vouer.

Sur le plan économique, la situation est véritablement catastrophique, particulièrement pour les petites et très petites entreprises que sont massivement l'artisanat, le commerce et les services en milieu rural.

La vie sociale et familiale n'échappe pas aux difficultés en raison du confinement prescrit. L'éloignement des familles (aînés en maisons de retraite ou hospitalisés, enfants dans leur région d'études ou de travail, grands-parents privés de petits enfants ...) génère des formes de dépression ; une trop forte concentration (familles complètes dans des appartements urbains, des couples en conflit forcés à cohabiter ...) génère parfois de la violence ; des familles endeuillées ne peuvent accompagner leurs morts ...

La sortie du confinement

grandfather_senior_together_child_family_hug_girl_grandparent-617428

Et aujourd'hui ... on envisage enfin une "sortie" de confinement le 11 mai. On enverrait les enfants à l'école et on enfermerait leurs grands-parents chez eux !

Que faut-il penser là encore d'informations qui évoluent au fil des jours ?

Certes, l'Etat doit assurer la gestion globale du pays. Mais ne faudrait-il pas surtout que l'Etat appuie ses décisions non seulement sur un conseil scientifique élitiste mais aussi sur "le terrain" en écoutant médecins généralistes et élus ?

Médecins généralistes et élus

Nos seniors sont des gens sages et préoccupés par leur famille. Ils sauront assumer leur responsabilité pour protéger autrui et se protéger soi-même. Ils sauront se rendre chez un médecin s'ils ont une inquiétude quant à leur santé et nul autre que leur médecin saura mieux déterminer s'ils nécessitent ou non une mesure de confinement. 

Faisons donc confiance et aux seniors, et aux médecins dits "de ville" pour agir en responsabilité.

Mais qu'en est-il des élus ?

Lesquels ?

Ce sont bien évidemment les élus locaux - les maires et leurs conseils municipaux - qui sont en première ligne, notamment lorsqu'on parle de retour à l'école pour nos enfants.

Quid de l'élection municipale ?

 

elections2

Le président n'en a pas parlé lors de son allocation télévisée. Il est pourtant utile de s'interroger tant est majeure l'importance de cette élection sur la vie des Français, particulièrement en milieu rural.

Emile, magazine publié par l'Association des Anciens Eleves de Sciences Po Paris, vient de publier un  article traitant de ce sujet : "Report des municipales : 5 questions pour tout comprendre".

Cet article est rédigé par un maire - le maire de Sannois sur Seine, commune de 2.000 habitants en Seine-et-Marne -. Ce maire de petite commune sait de quoi il parle : Didier Maus est en effet ancien conseiller d'état, président émérite de l'Association Internationale de droit constitutionnel. Pour autant, c'est toujours avec bon sens qu'il s'exprime et ses propos posés sont toujours intéressants à entendre.

Émile Magazine - Report des municipales : 5 questions pour tout comprendre
La loi du 23 mars 2020 prévoit plusieurs situations : 1) Dans les communes de plus de 1000 habitants où il y a lieu de procéder à un second tour, celui-ci devrait avoir lieu avant le 30 juin, si les conditions sanitaires - appréciées vers le 20 mai - le permettent.
https://www.emilemagazine.fr

A quoi faut-il s'attendre :

  • report du second tour ?
  • annulation des résultats ?
  • quid des conseillers municipaux élus au 1er tour ?

Notre commune - moins de 1.000 habitants - est concernée et son avenir dépend grandement de la décision qui sera prise.

La loi du 23 mars 2020

Elle prévoit un second tour "quand les conditions le permettront" et si possible avant le 30 juin.

Les choses se compliquent quand on réalise que "la Constitution n'a évidemment jamais prévu une telle situation".

conseil d'état

On s'appuie donc sur l'avis du Conseil d'Etat qui considère qu'entre le 14 mars, date du 1er tour et fin juin, on est dans "la même période électorale".

Au-delà, on n'y serait plus et il conviendrait de refaire totalement l'élection, c'est-à-dire les 2 tours. Mais plus on s'éloignera du 15 mars, plus il sera délicat d'en conserver les résultats qui concernent pourtant 30.000 communes. Seules 4.922 seraient dans le cas de Couze où un 2è tour doit permettre l'élection d'un conseil municipal.

Une élection sénatoriale prévue en septembre

Si l'Assemblée Nationale représente le Peuple, le Sénat représente les collectivités locales et les conseils municipaux en constituent le socle électoral. La Haute Assemblée doit être renouvellée par moitié en septembre. On comprendrait mal que le Sénat soit issu d'une élection avec des votants en partie issus de l'élection de 2014 et en partie de 2020.

Si le 2è tour n'est donc pas réalisé assez tôt, il faudra alors reporter l'élection sénatoriale.

A partir de là, toutes les combinaisons possibles sont imaginées et c'est sur l'ensemble des questions posées que s'exprime Didier Maus dans des propos aisément compréhensibles que le Papotier vous recommande de lire..

Sa conclusion n'apporte cependant pas de réponse : "Il existe des principes démocratiques, le plus important étant ici que tout doît être fait pour assurer la sincérité des élections et la légitimité des élus. La sincérité exige que la campagne électorale se soit déroulée dans la sérénité et qu'au moment du scrutin tous les électeurs puissent se déplacer normalement. La légitimité implique que les élus prennent leurs fonctions dans un bref délai après leur élection et non plusieurs mois après."

Une élection d'importance à Couze et Saint-Front

Les élus d'aujourd'hui - réduits administrativement à 11 mais réellement à 10 à ce jour - n'ont pas fait preuve au cours de leur mandature d'une réelle capacité à gérer correctement notre village.

Qui plus est, alors que la très grande majorité des communes avait la sagesse de laisser le vote du budget aux conseils municipaux élus les 15 et 22 mars, Jean-Louis Lafage et Jean-Christophe Saint-Martin ont fait le choix de le voter "à la va-vite" en février.

La conséquence en est aujourd'hui grave, même s'ils ne pouvaient pas prévoir de tels bouleversements.

Le budget communal ne pourra absolument pas être respecté par cette équipe manquant d'imagination et de sagesse : il manquera en effet dans ses recettes celles issues des 2 principaux acteurs touristiques que sont "Au fil du temps" et "Périgord Loisirs Organisation". 2207742-673ab7Ceux-ci versent en effet chaque année un pourcentage de leur chiffre d'affaire en rémunération des sites mis à leur disposition.

Les candidats en lice doivent maintenant être en mesure de proposer et réaliser des modifications budgétaires inventives au plus vite.